Château et village fortifié

Chilhac au fil des siècles

Marques de son essor, les enceintes fortifiées du bourg de Chilhac témoignent de ses développements succéssifs.

PDF - 1.7 Mo
Plan du village


Des origines obscures

L’histoire de Chilhac s’écrit en pointillé en raison de la rareté des archives disponibles. Les premières traces écrites concernant le château et son mandement ne sont datées que de 1278.
Chilhac constitue alors l’un des principaux points d’appui des seigneurs de Mercoeur dont les terres s’étendent jusqu’au Gévaudan et au Cantal actuel.
A la mort de Béraud VII, dernier représentant de cette famille, la seigneurie passe, en 1321, sous le contrôle des Dauphin d’auvergne puis des Bourbon, en 1371.
Jusqu’à cette date, le village ne s’étend guère au-delà d’une première ligne de fortification qui englobe, autour du château et de sa basse-cour, l’église, le cimetière et quelques maisons anciennes.
Site défensif contrôlant la vallée, Chilhac veille sur la sécurité de Lavoûte-Chilhac, situé à quelques kilomètres en aval.

L’essor villageois

Plan du village médiéval de Chilhac {JPEG}La tour {JPEG}Le développement du bourg impose cependant la construction d’une seconde enceinte datée de la fin du XVème siècle, dont les vestiges sont aujourd’hui visibles. Un plan détaillé de 1660 et un relevé fiscal de 1749 permettent d’affirmer que les murs de la ville, à cette époque propriété des princes de Conti, étaient flanquées de cinq tours de plan semi-circulaire et percés de quatre portes dont subsiste encore la plus importante. Située au sud-ouest du dispositif, elle s’ouvre sous un arc en plein cintre sur sa face extérieure, alors que sa face intérieure présente un arc en tiers-point.


La tour de Chilhac autre vue {JPEG}

L’apogée du XVIIIème siècle

L’importance du site est définitivement assurée lorsque Chilhac devient prévôté royale à partir de 1781, sous le nom de « Chillat et Saint-Cirgues ». Le château est alors remanié et la ville forte abrite intendants, capitaines et officiers de justice dont le pouvoir administratif s’étend jusqu’à Auvers, en Margeride. Jusqu’à la Révolution, elle préside aux destinées d’une quinzaine de paroisses alentours, situées de part et d’autre de l’Allier, du Chaliergue aux premiers contrefort de la Margeride. A l’instar de tous les biens des nobles émigrés, le château est divisé en deux lots et vendu à la Révolution.

Le château et l’église

Témoignages du passé médiéval de Chilhac, ces deux édifices s’inscrivaient au coeur de la première enceinte du village.

Vestiges d’un château

Le château de Chilhac se dresse à l’extrémité sud-ouest de l’éperon basaltique où court encore un mur d’enceinte de faible hauteur. S’il ne subsiste aujourd’hui presque rien des murailles qui le séparaient de la basse-cour, sa porte massive est, en revanche, encore bien visible.
Composée d’un unique portail couvert d’un arc en tiers-point, elle est surmontée d’une bretèche. Le tiers-point sans clef et l’archère aménagée dans la bretèche sont caractéristiques du XIII ème siècle.
Quant au corps de logis rectangulaire, la construction primitive date de la même époque. Il présente, sur sa façade nord, les traces de multiples remaniements réalisés au XV ème siècle, telle cette fenêtre à croisée de pierre et cette porte à linteau en accolade.

Une église remaniée

Plan de l'église de Chilhac {JPEG}Clocher de l'église de Chilhac {JPEG}Avec son chevet construit directement en aplomb de la falaise, l’église de Chilhac se distingue surtout par l’originalité de son implantation.
D’origine romane, l’édifice a été largement remanié aux XIV et XV ème siècles. A l’intérieur, le plan présente une nef de quatre travées aux dimensions irrégulières, terminée par un mur plat.

Clé de voûte {JPEG}Des chapelles latérales aux clefs de voûte armoiriées ont été ajoutées au fil du temps. Dans la voûte en berceau de l’une d’elles, du côté nord, deux colonnes romanes engagées, dernier vestige de l’édifice originel, servent de départ aux nervures des arcs gothiques. Au sud, se trouve une curieuse chapelle pentagonale du XV ème siècle avec cinq arcs d’ogives à clefs pendantes.


Une tour de guet ?

Clé de voûte {JPEG}Son haut clocher carré ajouré de baies dont les meneaux ont aujourd’hui disparu devait être coiffé jusqu’à la Révolution d’une flèche octogonale dont il ne reste rien. Sans doute associé au dispositif de défense, il surveille la vallée et correspond à vue aux clochers de Saint-Cirgues, Lavoûte-Chilhac et Aubazat. Flanqué de deux niches, le porche gothique de la façade occidentale, à portail unique, est surmonté d’un oculus percé dans le pignon qui soutient le toit à deux pans reposant sur quatre rangées de génoise.
Intérieur {JPEG}


 

Mairie de Chilhac

Le Bourg 43380 Chilhac - 04 71 77 41 71

Conception graphetic | SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0